Information

L'énergie solaire installée a dépassé l'énergie éolienne dans le monde

L'énergie solaire installée a dépassé l'énergie éolienne dans le monde

L'énergie solaire a progressé l'année dernière pour devenir la principale nouvelle source de production d'électricité au monde, apportant des technologies d'énergie propre, notamment éolienne et hydroélectrique, pour surpasser le charbon en termes de capacité installée mondiale.

Le solaire PV a ajouté 118 gigawatts (GW) de nouvelles centrales en 2019 sur le point d'atteindre 651 GW de capacité, dépassant le total de 644 GW provenant de l'éolien.

Ce chiffre lui a permis de devenir la quatrième plus grande source d'énergie de la planète, derrière 2,1 TW de charbon, 1,8 TW de gaz et 1,2 TW d'hydroélectrique.

Les énergies solaire et éolienne représentaient ensemble 67% de la nouvelle capacité ajoutée mondiale en 2019, tandis que les combustibles fossiles ont glissé à 25%, selonle nouveau rapportTendances de la transition énergétique 2020 BNEF, qui suit les données de production et de capacité au cours de la dernière décennie.

Outre les barrages hydroélectriques, le secteur des énergies propres a construit environ 2,5 TW de centrales dans le monde.

"Les fortes baisses des coûts des équipements solaires, c'est-à-dire des modules placés sur les toits et dans les champs, ont rendu cette technologie largement disponible pour les foyers, les entreprises et les réseaux", a déclaré Luiza Demôro, analyste chez BNEF et auteur principal de l'étude.

"Le photovoltaïque est désormais vraiment omniprésent et un phénomène mondial."

Le solaire PV a éclipsé tous les participants en termes de nouvelle construction et était la technologie la plus populaire déployée dans 33% des pays, avec 81 pays construisant au moins 1,0 MW d'énergie solaire au cours de la dernière année civile et représentant presque le la moitié de toutes les nouvelles capacités de production d'électricité construites dans le monde.

Les moteurs à énergie renouvelable éolienne et solaire ont totalisé plus des deux tiers des 265 GW de capacité supplémentaire déployés dans le monde en 2019.

Cela représentait moins d'un quart de la nouvelle usine en 2010, alors que pour la première fois, les deux technologies représentaient la majorité de la nouvelle génération enregistrée.

«La construction éolienne et solaire était principalement concentrée dans les pays les plus riches au cours de la première moitié des années 2010, mais cela a changé récemment», a noté Mme Demôro.

«Dans un groupe qui comprend presque tous les pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l'énergie éolienne et solaire représente la majorité des nouvelles capacités construites chaque année depuis 2011.

"Parmi un groupe de pays non membres de l'OCDE, plus le Chili, la Colombie, le Mexique et la Turquie, l'énergie éolienne et solaire a représenté la majorité de la construction annuelle chaque année depuis 2016."

BNEF a noté que les données les plus récentes offrent "d'autres informations importantes sur la façon dont le monde produit de l'électricité", y compris que de 2018 à 2019, l'énergie produite à partir du charbon a chuté de trois pour cent en raison des usines "fonctionnant moins fréquemment". , marquant la première fois que la production de charbon a chuté de 2014 à 2015.

Le taux d'utilisation moyen des centrales électriques au lignite est passé de 57% en 2010 à 50% en 2019, selon le rapport BNEF, bien que les 9200 TWh produits à partir du charbon l'année dernière aient augmenté de 17% par rapport à 2010.

Cependant, plus de 113 GW de retraits nets de charbon dans les pays développés au cours des années 2010 n'ont pas compensé l '«inondation» de 691 GW dans les marchés émergents qui a entraîné une augmentation de 32% de la capacité mondiale de charbon depuis 2010. à 2,1 TW l'an dernier.

«Les pays plus riches évoluent rapidement vers des centrales à charbon plus anciennes et largement inefficaces car ils ne peuvent pas concurrencer les nouveaux projets de gaz ou d'énergie renouvelable», a déclaré Ethan Zindler, directeur des Amériques chez BNEF.

"Cependant, dans les pays moins développés, en particulier en Asie du Sud et du Sud-Est, de nouvelles centrales au charbon plus efficaces continuent de fonctionner, souvent avec le soutien financier de prêteurs chinois et japonais."

La BNEF estime que les émissions de CO2 du secteur mondial de l'énergie ont chuté de 1,5% en 2018-2019, les baisses aux États-Unis et en Europe ayant plus que compensé une hausse en Chine, qui représentait 37% du total 2019.

Les États-Unis suivaient avec 14% et l'Union européenne avec 6%.


Vidéo: Energie et changement climatique. 1. Lénergie. Jancovici. Mines de Paris (Juin 2021).