Information

Ils redécouvrent un petit éléphant, une espèce que l'on croit éteinte

Ils redécouvrent un petit éléphant, une espèce que l'on croit éteinte

Des chercheurs des États-Unis et de la République de Djibouti ont redécouvert ce mini éléphant connu sous le nom de sengi somalien (Elephantulus revoilii) plus de 50 ans après son dernier enregistrement.

Alors que cette espèce, également appelée musaraigne éléphant de Somalie, est historiquement documentée comme endémique à la Somalie, les nouveaux signalements proviennent de la République voisine de Djibouti et élargissent ainsi l'aire de répartition connue de l'espèce dans la corne de l'Afrique.

Ces créatures sont principalement des mangeurs d'insectes et elles ont toutes de petits corps. Ce sont de grands coureurs et certaines espèces sont capables de se déplacer à près de 30 km / h et avec des ratios de pattes plus proches des gazelles que d'autres petits mammifères.

Les espèces moins connues comprennent le sengi somalien, qui est principalement connu à partir d'environ 39 spécimens de musée, mais pour lesquels il n'y a pas eu de documents depuis 1968.

Comment ont-ils été capturés?

Les chercheurs ont installé 1 259 pièges dans 12 sites dans quatre régions administratives (Arta, Dikhil, Tadjourah et Ali Sabieh) de la République de Djibouti, dans le nord-ouest et adjacentes au nord de la Somalie. Ils ont récupéré 263 souris épineuses, 17 gerbilles, un gundi et 8 sengis somaliens.

C'était incroyable. Quand nous avons ouvert le premier piège et vu la petite touffe de poils sur le bout de sa queue, nous nous sommes regardés et ne pouvions pas y croire. »Ont commenté les auteurs de l'étude.

Après une analyse ADN et anatomique minutieuse des animaux capturés, l'équipe a non seulement confirmé que l'espèce était bien vivante, mais a également découvert que les scientifiques l'avaient mal classée, probablement en raison de données insuffisantes.

Votre reclassement

Ce problème taxinomique est résolu en reconnaissant un nouveau remplacement de genre et un binôme recombinant qui redésigne le sengi somalien comme Galegeeska revoilii"Ont dit les experts.

Une analyse de la biogéographie ancestrale suggère que les sengi somaliens habitent la corne de l'Afrique depuis plus de 5,4 millions d'années, et la reconnaissance de l'ascendance phylogénétique de l'espèce ajoute à l'histoire biogéographique déjà remarquable de la tribu des Macroscelidini.“.

Référence: S. Heritage et al. 2020. Nouveaux enregistrements d'une espèce perdue et expansion de l'aire de répartition géographique des sengis dans la corne de l'Afrique. PeerJ 8: e9652; doi: 10.7717 / peerj.9652

Par Sarah Romero


Vidéo: Cest pas sorcier -MAMMOUTHS: la parole est à la défense (Juin 2021).