LES SUJETS

Les forêts matures ne stockeront pas plus de carbone de l'atmosphère

Les forêts matures ne stockeront pas plus de carbone de l'atmosphère

Malgré une augmentation du dioxyde de carbone dans l'atmosphère, les forêts matures limitées en nutriments ne l'absorberont pas, selon une nouvelle étude. Non seulement les arbres adultes n'accumuleront pas plus de carbone, mais ils le renverront dans l'atmosphère. Ce résultat montre que la seule stratégie pour limiter le changement climatique est de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Une plus grande quantité de CO​2Dans l'atmosphère n'implique pas invariablement une plus grande séquestration du carbone par les arbres, compensant ainsi une partie de l'augmentation du dioxyde de carbone que nous produisons sur Terre, contrairement à ce que l'on pensait jusqu'à présent. Ceci est démontré par une étude publiée dans la revueLa nature, qui révèle où ce CO ira réellement2Plus que nos forêts matures recevront.

L'équipe internationale, dirigée par l'Institute for the Environment de l'Université Western Sydney à Hawkesbury (Australie) et avec la participation espagnole, a mené une expérience dans une forêt d'eucalyptus indigène en Australie, augmentant artificiellement la quantité de COvous obtenez généralement.

En particulier, la concentration a été augmentée de 150 parties par million, ce qui correspond à une augmentation de 38% au-dessus des 400 parties par million dans l'atmosphère actuelle. Après cette augmentation de CO2 les scientifiques ont surveillé le sort de ce carbone dans la forêt d'eucalyptus.

Les résultats ont montré que la croissance et la fertilisation des plantations forestières séquestraient plus de dioxyde de carbone pour accélérer la croissance des jeunes arbres. Cependant, les effets ne sont pas aussi positifs lorsque l'expérience est menée dans des forêts matures.

Chez les arbres adultes, cette augmentation expérimentale du CO​2Cela ne s'est pas traduit par une croissance plus élevée ou une plus grande accumulation dans les arbres ou dans le sol, sous forme de matière organique par exemple. Ce qui a augmenté, c'est la «respiration» du sol lui-même, ce qui a entraîné une plus grande libération de carbone précédemment capturé ou accumulé.

Une augmentation du CO2 L'atmosphère n'a pas à entraîner une accumulation accrue de carbone dans les plantes ou le sol. Il peut même arriver que lorsque l'activité des communautés du sol s'accélère en raison d'une plus grande contribution en sucres par les plantes, une partie du carbone accumulé dans l'écosystème est libérée», Explique Raúl Ochoa-Hueso, chercheur Ramón y Cajal à l'Université de Cadix et l'un des auteurs de cette recherche.

Avec lui, Teresa E. Gimeno du Basque Center for Climate Change et Ikerbasque et Juan Piñeiro de l'Université de Virginie-Occidentale ont participé.

Comment le sol respire

La respiration du sol est la somme de ce que respirent tous les animaux, plantes, champignons et bactéries, entre autres. Beaucoup de ces organismes vivent directement ou indirectement de la décomposition de la matière organique du sol ainsi que des apports de sucres libérés par les racines des plantes.

La fonction de ces sucres est de favoriser la croissance et l'activité des micro-organismes qui aident à libérer du sol les nutriments essentiels pour les plantes, comme le phosphore ou l'azote. Ces processus de décomposition de la matière organique et de respiration des sucres libèrent du CO2 à l'atmosphère.

Une exposition à long terme à des niveaux élevés de dioxyde de carbone ne peut qu'augmenter le stockage du carbone dans les écosystèmes avec de jeunes arbres ou des sols très fertiles.»Souligne Mingkai Jiang, auteur principal de l'article et chercheur à l'université australienne.

Actuellement, nous ne dépendons que des forêts matures pour absorber une partie du dioxyde de carbone supplémentaire que nous émettons. "Nos résultats suggèrent que nous avons encore moins de temps que nous ne le pensons pour réduire les émissions de gaz à effet de serreFait remarquer Jiang.

Bien que les forêts matures soient un réservoir de carbone important au niveau mondial, les résultats de cette étude confirment que «la principale stratégie pour limiter le réchauffement climatique, dans le cadre des objectifs fixés dans l'Accord de Paris, doit être de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans l'atmosphère », conclut Ochoa-Hueso.

Référence:

Mingkai Jiang et coll. "Le sort du carbone dans une forêt mature sous enrichissement en dioxyde de carbone"La nature 8 avril 2020.


Vidéo: Quel avenir pour nos forêts? (Juin 2021).