LES SUJETS

Une méga-extraction durable n'est pas possible

Une méga-extraction durable n'est pas possible

Dans les derniers jours de décembre, les habitants de Mendoza sont descendus dans la rue contre la modification de la loi 7722. Celle-ci interdit l'utilisation de cyanure, de mercure, d'acide sulfurique et d'autres substances toxiques similaires dans les processus d'exploitation minière et, de cette manière, protège l'eau .

Cela impliquait une nouvelle étape dans un long processus de conflit autour de l'activité minière et de ses implications socio-environnementales. L'axe du conflit tourne autour d'un type d'exploitation minière en particulier: le méga-minage. Contrairement à l'exploitation minière traditionnelle, celle-ci est interdite dans de nombreuses régions du monde en raison de ses effets socio-environnementaux irréversibles déjà avérés, dus, entre autres, à l'utilisation de produits chimiques toxiques tels que le cyanure.

Ce qui a déclenché cette nouvelle étape est une tentative renouvelée d'étendre la frontière de la méga-extraction, en essayant de forcer son autorisation dans les provinces où le rejet social s'était déjà traduit par une protection juridique. C'est le but de ceux qui tentent de modifier la loi n ° 7722 à Mendoza, la loi n ° 5001 à Chubut et la loi nationale sur les glaciers. Et c'est pour arrêter l'avancée des méga-mines que les gens sont descendus dans la rue.

Malgré le fait que la modification de la loi de Mendoza ait été arrêtée, les tentatives de modification de la législation pour permettre la méga-extraction se poursuivent. Dans ce contexte, une série d'arguments discutables circulent dans les médias qui favorisent la mise en œuvre de nouveaux méga-projets miniers dans le pays. Nous présentons certains de ces arguments ci-dessous et répondons de manière critique à chacun d'entre eux.

Ceux d’entre nous qui adhèrent à cette déclaration veulent exprimer leur vive inquiétude quant aux conséquences de la méga-extraction sur notre santé et nos territoires. Et nous sommes contraints de rendre publics certains problèmes techniques incontournables, dans une perspective interdisciplinaire et en dialogue avec les connaissances des communautés exposées. Nous voulons être clairs: dans l'état actuel des choses, une «méga-extraction durable» n'est pas possible. Les expériences historiques et les preuves scientifiques disponibles conduisent à la conclusion sans équivoque que MEGAMINERY EST TRÈS ATTENTION À LA SANTÉ ET À L'ENVIRONNEMENT DES SOCIÉTÉS O WH IL EST INSTALLÉ.

Toute connaissance a des implications politiques et sociales. Nous prônons des connaissances non commercialisées, fonctionnelles aux besoins collectifs et non au profit minier. Nous pensons que notre tâche ne doit pas être de prendre la place de «la vérité» et de décider pour la société en son nom. Nous devons plutôt renforcer les processus de délibération publique, en supposant que nos productions scientifiques sont pour eux un élément clé.

NOUS APPELONS LES SCIENTIFIQUES, LES CHERCHEURS, LES MÉDECINS, LES ENSEIGNANTS, LES AGENTS DE SANTÉ ET LEURS ORGANISATIONS, À SIGNER ET À PARLER CONTRE LES AVANCÉES DE LA MEGAMINERIE DANS LE PAYS.

Enfin, il est nécessaire de préciser que la méga-extraction n'est pas la seule activité qui a des conséquences socio-environnementales graves. Comme ceux-ci, la «fracturation» et l'agriculture basée sur les OGM et les produits agrochimiques ont de graves conséquences. Nous voulons souligner l'importance d'impliquer tous nos peuples dans les décisions politiques liées au développement de la méga-extraction et de toute autre activité polluante (voir plus).

Par des scientifiques et chercheurs argentins


Vidéo: Comment assurer la soutenabilité de la croissance? 12 - SES - Terminale - Les Bons Profs (Juin 2021).